01 84 16 62 53
Accueil > News > Les news des auteurs > Alexis DADIER, parfumeur : Quand Sarah Bernhardt à Belle Ile en Mer inspire un nez...

Alexis DADIER, parfumeur : Quand Sarah Bernhardt à Belle Ile en Mer inspire un nez...

Les news des auteurs - posté par Jean-Luc KOMADA

Interview de Monsieur Alexis DADIER, Parfumeur-Créateur, réalisé par l’auteur du livre « La Ménagerie de Sarah Bernhardt ». En référence à l’article paru dans le Magazine Nez - Numéro 4 - déjà en ligne sur le site de Publishroom où le parfumeur Alexis DADIER est cité dans le cadre de la sortie du livre « La Ménagerie de Sarah Bernhardt », nous vous proposons une interview complémentaire permettant de vous faire découvrir l’univers olfactif de Sarah Bernhardt à Belle Ile en Mer, source d’inspiration pour le parfumeur-créateur.


Interview Alexis DADIER à Belle Ile en Mer par Jean-Luc KOMADA, Auteur.


Les odeurs de la « Côte Sauvage »…c’est quoi pour vous ? Comment arrivent-elles dans une bouteille de parfum ?

La  Côte Sauvage c'est  pour moi un mariage olfactif harmonieux entre le végétal et le marin. L’apport des courants marins chauds du  Gulf Stream confère au Golf du Morbihan un climat particulier où la flore et ses essences demeurent  uniques : plantes grasses, mimosas, pins parasols, figuiers, arômes, espèces exotiques ramenées au fil des siècles par les caporniers au long court… Ici, je respire et perçois surtout une symbiose fraîche et sensuelle : le vert crissant des figuiers chauffés au soleil, se marie aux accents de noix de coco des fleurs d’ajoncs et à la douceur miellée des genêts sauvages dans le vent marin. Le parfum tourbé de la lande côtoie la chaleureuse immortelle et les effluves iodées de l’océan…Toutes ces senteurs mêlées sont déjà un parfum en soi. Elles m’inspirent lorsque je veux ajouter une facette marine à un parfum, une note végétale de caractère…


C:\Users\jean\Pictures\2012-05-20 001\MAI 2012 BELLE ILE 091_640x480.jpg

Quelle serait votre composition pour « Le Parfum de Belle-Ile » ?

Une composition olfactive peut être figurative ou abstraite. Un parfum figuratif illustrerait de façon plus ou moins évidente une fleur (le genet sauvage par exemple) un lieu(les sentiers  du bord de mer).La nature a bien fait son œuvre à Belle Ile et je ne voudrai pas la « singer » en créant une composition figurative de moindre intérêt. Le parfum de Belle-Ile serait, pour moi, une illustration abstraite de l’insularité : une boule d’ambre gris (une sécrétion très odorante et subtile issue du cachalot), pour rappeler le lien avec la mer, posée sur une mer de vanille ; un mariage olfactif d’un autre ordre entre le végétal et le marin…


Qu’est ce que vous préférez dans l’aventure de la création ?

J’aime cet état d’excitation devant la nouveauté à créer, l’arrivée de l’Idée, sa formalisation en odeur. Après vient l’inquiétude, la  peur de déplaire, de décevoir, de ne pas être compris…Ma plus grande joie est lorsque l’idée illustrée en parfum reçoit l’approbation et l’engouement de la marque pour laquelle elle a été créée.


Comment nait l’idée d’un Parfum ?

Je me raconte  une histoire. Cette histoire avec ses personnages, son univers, devient le terreau imaginatif de mes idées olfactives. L’idée définitive c’est un éclair, une évidence soudaine qui me traverse l’esprit avec bonheur. Il peut aussi y en avoir plusieurs…alors je fais le tri !...


Justement quel parfum auriez-vous composé pour Sarah Bernhardt ici à Belle-Ile ?

Alors je vais vous raconter une Histoire….

Sarah, lorsqu’elle vivait à Belle-île, résidait dans son Fortin de la Pointe des Poulain. Pour chercher l’inspiration ou exercer la puissance de sa voix, à déclamer les vers de son ami Victor Hugo, Sarah aimait à se rendre à son « promontoir » face à la mer. Ainsi, elle traversait son jardin planté de tamaris, la lande embaumée d’ajoncs et de genets, pour rejoindre la falaise. Alors, elle humait  à pleins poumons les puissantes immortelles de la côte sauvages mêlées à la fraîcheur saline des embruns.

Déclamant  ses vers face à l’océan…elle avait encore sur ses lèvres l’amertume de la Suze, cette nouvelle boisson à base de gentiane qu’elle a découverte lors de l’Exposition Universelle de Paris.

Soudain, alors qu’elle sentait monter de son corsage le parfum poudré des bouquets de violettes épinglées sur sa longue  robe de coutil blanc, une senteur incongrue vient se glisser sous ses narines : apportée par le vent, l’odeur des caramels au beurre salé préparés dans le petit village voisin.

Le parfum de Sarah à Belle-Ile-en Mer serait un accord majeur à base d’immortelle, à l’image de sa gloire !

La chaleur épicée des petites fleurs jaunes contrastée par la fraîcheur marine, une harmonie douce amère de violettes et de gentiane, facettée d’un sucré-salé de caramel au sel marin breton…

C:\Documents and Settings\jlk\Bureau\Photos Coté Ouest\MAI 2012 BELLE ILE 214_640x480.jpg

Pour découvrir "La ménagerie de Sarah Bernhardt" de Jean-Luc Komada, c'est par ici





Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un nouveau commentaire.